ירוּשָׁלַיִם    יְרוּשָׁלִַם    Ἱερούσαλημ     Ἱεροσόλυμα


Le nom de la ville sainte Jérusalem apparaît sous plusieurs orthographes dans l'évangile de Luc.
Aux deux formes courantes Jérusalem et Hierosolyma, dans le codex Bezae Cantabrigiensis s'en rajoutent trois autres qui ne sont pas homologuées: Si les erreurs de scribe ne sont pas rares dans le codex Cantabrigiensis, le redoublement de deux syllabes ne s'observe que pour Jérusalem et la triple récurrence incite à penser qu'il ne s'agit pas d'une simple dittographie mais d'une reduplication intentionnelle.
Luc n'avait-il pas cherché à s'inscrire comme à innover à l'intérieur même d'une longue tradition puisqu'en Hébreu comme en Grec le nom de la ville revêtait différentes orthographes et différents sens ?

  1. Yérushalaim et Yerushalayim
  2. Jérusalem dans la LXX
  3. Hierosolyma dans les livres Deutérocanoniques
  4. Hierosolyma dans le Nouveau Testament
  5. Jeruerusalem et Hierosolusoluma
  6. Jerusalêmêm


ירוּשָׁלַיִם      יְרוּשָׁלִַם

Le nom usuel de la ville sainte fut vocalisé, יְרוּשָׁלִַם Yerushalaim par les Massorètes.
Une autre forme accentuée sur l'avant dernière syllabe avec l'insertion d'un yod intermédiaire  ירוּשָׁלַיִם , Yérushalayim, apparaît dans les livres de Jérémie des Chroniques et celui d'Esther. Yérushalayim ainsi que le “locatif” Yérushalayima épousaient une forme abrégée du "duel" qu'on retrouve en Grec pour des villes comme Athènes (Ἀθῆναι) ou Thèbes (Θῆβαι) qui possédaient comme Jérusalem une orthographe courante au singulier (Ἀθηνᾶ,  Θήβη) ; ce duel intégrait à la ville haute la ville basse, à la ville intra muros les territoires extra muros relevant de sa juridiction.
  1. - ...qui avait été exilé de Yeroushalayim parmi les déportés emmenés avec le roi de Juda Est 2:6
  2. - Voici les fils qui lui naquirent à Yeroushalayim : Shiméa, Shobab, Natân, et Salomon, quatre de Bath-Shua, fille d'Ammiel»1chr 3:5 
  3. - Amasias devint roi à l'âge de vingt-cinq ans et régna vingt-neuf ans à Jérusalem. Sa mère s'appelait Yehoaddân, de Yeroushalayim. 2chr 25:1
  4. - Ainsi parle Yahvé Sabaot Sion sera une terre de labour, Yeroushalayim un amoncellement de pierres et la montagne du Temple une hauteur boisée!» Jr 26:18 (citant Michée 3:12 qui présente la forme usuelle Yerushalaim); le duel différenciait ici la cité dans son ensemble, de la montagne du temple qu'elle cernait;
Deux autres occurrences sont des locatifs et se terminent par une voyelle יְרוּשָׁלְָ֑מָ, et יְר֣וּשָׁלַ֔יְמָה, Yerushalaymah.
  1. - Après cela Sennachérib, roi d'Assyrie..., envoya ses serviteurs à Yeroushalayimah à Ézéchias, roi de Juda, et à tous les Judéens qui se trouvaient à Jérusalem...Sur quoi repose votre confiance, pour que vous restiez à Jérusalem dans la détresse? 2chr 32,9-10 ( cf Is 36:2).Pourquoi ce locatif au duel יְר֣וּשָׁלַ֔יְמָה  Yeroushalayimah? Ezéchias avait fait réparer les remparts et construire une enceinte extérieure (2 Chr 32:5) et les envoyés de Sennachérib s'adressaient en Judéen au peuple qui se trouvait sur la muraille (2 Rois 18:26 sq).
  2. «Achazias se réfugia à Meguiddo, et il y mourut. Ses serviteurs le transportèrent sur un char à Yerushalaymah יְרוּשָׁלְָ֑מָ et ils l'enterrèrent dans son sépulcre avec ses pères, dans la ville de David».2 Rois 9:27-28.
    Achazias ne pouvait avoir été enseveli à l'intérieur de la cité où les sépultures étaient prohibées, mais bien à l'extérieur des remparts; aussi en vocalisant le texte pour la liturgie, les Massorètes veillèrent à ce que les règles élémentaires ne soient pas contredites; sans retoucher le nom de la ville par l'insertion d'un yod intermédiaire, ils le vocalisèrent comme un duel puisque cette forme était employée lorsque les environs immédiats étaient inclus avec la cité. Elle  n'était pas encore usitée au VIIIème siècle avant notre ère lorsque fut rédigé le second livre des Rois, mais les Massorètes trouvèrent un moyen d'y remédier.

En Hébreu, un autre toponyme présente les deux orthographes; c'est  le mont Hermon , dont le duel Hermoniyim , fut retranscrit en Grec comme en Latin (Ps 42:7/41:6). Par contre Yérushalayim ne l'a pas été, mais l'orthographe habituelle lui a été substituée.
Sinon une trentaine de toponymes bibliques comme Ephraïm épousent la forme du duel mais n'ont pas de forme connue au singulier.

Le "duel" fut adopté ensuite littérairement et Rabbi Yochanan disait : «Le Saint Béni-soit-il déclare: Je n'entrerai pas dans la Yerushalayim d'en-haut que je ne sois entré dans la Yerushalayim d'en-bas.»  Ta'anit 5a. Il prenait ainsi position contre l'auteur de l'Apocalypse qui entrevoyait dans ses visions une seule ville, celle d'en haut, la "nouvelle Jérusalem”.
Le duel qui se prêtait à cette distinction entre Yerushalayim shel maala et Yerushalayim shel matah fut adopté ensuite dans le Zohar.


Retranscription de ירוּשָׁלַיִם  dans La LXX

À l'époque classique, la retranscription du nom usuel יְרוּשָׁלִַם  en Grec était Ἱερουσάλημ; elle suivait la première déclinaison; en effet l'accusatif Ἱερουσάλημην est attesté par Flavius Josèphe qui citait Aristote (Contre Apion 1,179). Cependant les traducteurs de la Septante adoptèrent au second siècle un vocable indéclinable, féminin singulier Ἱερούσαλημ, retranscrit Hierusalem en Latin dans la Vulgate. La forme du duel Yerushalayim ne s'est pas répercutée dans le Grec mais le vocable usuel lui a été substitué.


Ἱεροσόλυμα

I - DANS LES LIVRES DEUTEROCANONIQUES
écrits en Grec, à côté de la forme usuelle Ἱερούσαλημ , Ierousalem, une autre forme, moins fréquente, a été intercalée: (τα) Ἱεροσόλυμα , Hierosolyma, un neutre pluriel qui se décline; cependant les adjectifs qui lui sont associés sont au féminin, car sous le nom est considérée la ville comme entité féminine; ainsi par exemple:
  1. « Le sanctuaire de Hierosolymwn la choisie»Tb1:4;
  2. «Le roi Hérode fut troublé et toute Hierosolyma avec lui.»(Mt 2:3).
Hierosolyma apparaît pour la première fois dans le livre de Tobit, écrit probablement en Egypte, peut-être vers 200 avant notre ère, sinon plus tôt. Elle y est à six reprises, dans la recension courte, la plus ancienne (1). C'était la ville sainte, vers laquelle, de la diaspora, les fils d'Israël montaient en pèlerinage offrir les sacrifices prescrits. Là ils apportaient leurs dîmes . C'était la ville de pèlerins qui n'y avaient pas une demeure stable, si ce n'est spirituelle. Elle n'avait pas été comprise dans le territoire divisé entre les douze tribus, car elle était considérée comme propriété de tout Israël. De fait, les pèlerins en arrivant étaient logés dans les familles et donnaient en échange les peaux des bêtes sacrifiées.
Hierosolyma était un nom interprétatif, symbolique, voire littéraire, à l'usage des Juifs parlant le Grec. L'adjectif Ἱερός qualifie ce qui est sacré et le substantif Ἱερόv désigne le temple; ( σ)όλυμα , par contre est plutôt incertain.
  1. « la Maison de Ιεροσολύμων, choisie parmi toutes les tribus d’Israël, pour que toutes les tribus y sacrifient(»Tb 1:4 (A,B)
  2. «Moi, seul, j’allais souvent à Ἱεροσόλυμα pour les fêtes» Tb1:6(A,B)
  3. «la 2ème dîme j'allais la dépenser à Ιεροσολύμοις chaque année» Tb1:7b (A,B) ;
  4. «quand nous allions ensemble nous prosterner à Ἱεροσόλυμα .»Tb 5:14 (A,B)
  5. « Célébrez-Le à Ιεροσολύμοις  ;  Ἱεροσόλυμα, ville consacrée...»Tb 13:10 (A,B)
  6. «nos frères seront dispersés sur la terre, loin de la bonne terre et Ἱεροσόλυμα sera un désert et la maison de Dieu, en elle, sera brûlée et sera un désert jusqu'au temps.» Tb14:4 (A,B)
Ἱεροσόλυμα s'y trouve en alternance avec Ἱερούσαλημ la capitale du pays, la ville du roi, la ville des prêtres:
  1. «les Fils de Lévi officiant à Jérusalem»Tb1,7b
  2. «Jérusalem sera rebâtie de saphirs et d’émeraudes»Tb13,17
  3. «les places de Jérusalem »Tb13,17
  4. «Ils bâtiront Jérusalem »Tb14,5
herodionPar contre l'alternance a disparu au profit de Ἱερούσαλημ, dans le Codex Sinaïticus, qui comporte la recension longue comme dans les textes en Hébreu et en Araméen plus tardifs que la recension courte, en Grec, des codicii Vaticanus et Alexandrinus. Avec cette alternance a disparu également le petit chien, très tôt domestiqué par les Égyptiens, et qui accompagnait Tobit. 4Q196
Papyrus 4Q196,fragment araméen,Tobie14:3-4 Si Yeshua ben Sirach, disait que son aïeul Eléazar, était “Hierosolomytain” (Si 50:27), c'est probablement parce qu'en Hébreu il n'y avait pas d'adjectif correspondant à Jérusalem, et que pour en former un, les auteurs se sont fondés sur le nom grec Hierosolyma.
En définitive selon le livre de Tobit, parallèlement à Jérusalem, le nom usuel, Hierosolyma représentait pour les Juifs de la diaspora parlant le Grec, la Ville Sainte, ville des pèlerins qui y jouissaient d'un statut particulier.

Deux occurrences de Hierosolyma se rencontrent dans le Premier Livre des Maccabées dont l'auteur a privilégié Jérusalem en se fondant sur l'original sémitique . Hierosolyma y est considérée comme la ville où les pèlerins amenaient la dîme (1Mb 11:34); c'était aussi la ville de refuge. «Tous ceux qui auront fui vers le temple qui est à Hierosolyma et dans tous ses territoires, devant au fisc royal et pour toute affaire..., qu'il soient libérés» IMb10:43.
Il est évident de par cette citation que Hierosolyma n'était pas la transcription du duel hébreu puisque ses environs immédiats n'étaient pas inclus dans son nom puisqu'il étaient nommés en sus.
Mais à l'inverse, l'auteur du Second Livre des Maccabées ou encore l'auteur du troisième Livre d'Edras, qui écrivaient tous deux directement en Grec, avaient ignoré la forme indéclinable Ierousalem et opté pour la nouvelle orthographe Hierosolyma. Celle-ci fut répercutée ensuite par l'ensemble des auteurs à partir du second siècle comme Polybes, Diodore de Sicile, et avec eux, trois des auteurs du Nouveau Testament, Marc, Matthieu et Jean en raison de l'étymologie qui sacralisait la ville du Temple. Dans les oeuvres de Flavius Josèphe les traducteurs, sinon les copistes, ont  partout privilégié cette forme.


II - La Vulgate Latine a observé la différenciation entre l'indéclinable Hierusalem et Hierosolyma dans les livres deutérocanoniques. Et c'est ce dernier nom, un féminin singulier en Latin, qui, au Moyen-Âge servait a décrire la ville sainte des Chrétiens,“Hierosolyma Sancta”, tandis que Jerusalem demeurait le nom de la ville biblique.
b
HIEROSOLYMA URBS SANCTA IUDEAE [1657]

III - DANS LE NOUVEAU TESTAMENT, mis à part Marc, Matthieu et Jean qui optèrent pour Hierosolyma, les autres auteurs, familiers de l'Hébreu, ont gardé le nom biblique usuel transcrit en grec Ἱερούσαλημ, Ierousalem; Philon d'Alexandrie s'en servait communément ; toutefois en évoquant la ville du temple dans sa Legatio ad Caium, il faisait usage de l'autre nom: Hierosolyma est ma patrie où a été érigé le saint temple du Très-Haut” Leg 278. Ainsi au premier siècle, pour les auteurs Juifs, Hierosolyma représentait la ville Hérodienne avec son temple, comme le confirment les écrits de Luc et de Paul:
Jeruerusalem et Hierosolusoluma

En Luc 23:28 "Filles de Ἱερου-ερου-σάλημ" (Ierou-erou-salem) passerait pour une dittographie si elle n'accompagnait la complainte de Jésus sur la ville:
«Se retournant, Jésus leur dit: " Filles de Jéru-éru-salem, ne me pleurez pas, ni ne soyez dans le deuil, mais pleurez-vous vous-mêmes ainsi que vos enfants!»
Le grec ἐρυω signifie tirer d'un danger, protéger, sauver - et par cette redondance s'inscrivait , dans l'écriture même, la tonalité de l'invective de Jésus aux femmes de Jérusalem: Filles de Jérusalem, s'il est encore possible, sauvez ce qui est essentiel dans votre vie et celle de vos enfants.

Dans les Actes en 19:21 , une occurrence similaire se retrouve cette fois avec Hierosolyma: «Alors Paul se proposa dans l'Esprit de parcourir la Macédoine et l'Achaïe et de se rendre à Hieroso-luso-lyma, disant que “après être parvenu là, il me faut voir aussi Rome.» .
Au début de ce même chapitre Luc disait que Paul souhaitait selon son propre dessein se rendre à Hierosolyma mais que l'Esprit l'en avait alors dissuadé. Plus tard à Césarée Luc lui-même tentait de lui faire changer d'avis alors qu'un prophète venait de lui annoncer qu'il y serait arrêté et ligoté s'il y montait(Act 21:11-14).
Λύσω est le futur de λύω qui signifie délier, libérer. Or Paul allait remonter à Ἱεροσολυσόλυμα tout en sachant qu'il y serait lié et emprisonné . Par un jeu de mots, Luc n'exprimait-il pas les contradictions qu'il percevait dans la démarche de Paul qu'il avait tenté en vain de dissuader ?
"Je délivrerai": Telle était l'intention de Paul qui en remontant à Jérusalem souhaitait imiter le Christ. Celui-ci avait parlé avec Moïse et Élie de son "exode" à Jérusalem, c'est-à-dire de la libération qu'il allait apporter( Luc 9:31). Dans la reduplication des syllabes  du nom de la ville, Jeru-eru-salem et Hieroso-luso-luma, Luc faisait se rejoindre l'intention du Christ et celle de Paul.



Ἱερουσάλημημ

En Luc 24:13, la dittographie qui porte sur la finale du nom fut grattée par le correcteur: « Or deux étaient en train de s'éloigner d'eux en ce jour là vers un village distant de soixante stades de Jérusalemem, du nom d' Oulammaüs Luc 24:13 D05,
La terminaison ημ de Ἱερουσαλημήμ , ne correspond pas à une forme déclinée (à la différence de Ἱερουσαλημήν dans la langue d'Aristote) et revêt peut-être une fonction littéraire dans ce verset où le vocable Oulammaus n'est pas un toponyme mais un nom littéraire adopté dans la Septante pour le songe de Jacob et dont le nom géographique était Béthel, l'actuelle Beitin.

Il s'avère que μημ, mêm, est la vocalisation de la lettre M, lettre centrale de l'alphabet grec compte tenu du stigma ς qui, à l'époque en faisait partie intégrante , si on se réfère au Psaume 118 , de la LXX dans l'intitulé des paragraphes 6 v 41 et 13, v 97. L'alphabet grec comporte 25 lettres, le μημ , en occupe la treizième place, la place centrale. Or Flavius Josèphe écrivait au sujet de la cité :«La ville de Jérusalem est située presque exactement au centre de la Judée, ce qui l'a fait appeler quelquefois, non sans raison, l’“omphalos” de la région» (GJ III,52). Omphalos c'est le nombril , l'ombilic , sinon le point focal comme l'était Delphes pour les Grecs.
Adjointe à Jérusalem la finale mem soulignerait ainsi la centralité de la cité.

De par son relief, la région environnante était appelée en Grec ὀρεινὴ, orine, "la montagneuse”, "la montagneuse Jérusalem" ou encore "la montagneuse de la Judée” (Za 7:7, Lc 1:39 et 65, BJ,4:454); aussi, après la destruction de la ville en 70, ce vocable fut reprit pour nommer la toparchie, et Pline l'Ancien écrivait à ce sujet: «la toparchie d'Orine, où fut Jérusalem, la plus célèbre des villes, non de la Judée seulement, mais de l'Orient».
En faisant appel à un vocable couramment utilisé, l'adjectif était devenu un titre, la "toparchie d'Orine", avant qu'elle ne devienne la colonie romaine d'Aelia Capitolina après la révolte de 135.

Entre 6 et 70 , quel nom était donné à la toparchie? Hierosolyma selon l'orthographe adoptée uniformément par les traducteurs ou les copistes de l' oeuvre de Flavius Josèphe, puisque les autres toparchies de Judée avaient pour nom celui de leur chef-lieu .
Mais détail curieux, la déclinaison avec l'accusatif ουντα se rencontre une fois pour deux d'entre elles, Emmaus et Jéricho :
- κατ' Ἀμμαοῦντα, qui peut se comprendre dans le voisinage d'Emmaus ou bien à travers [le territoire de la tétrarchie d'] Emmaus, (BJ 2.63) et
- Hiericounta à propos des fortifications de Bacchidès (AJ 13:15);
Le parallèle Latin du suffice  ουντα   qui est “ante” se retrouve pour ces deux mêmes villes sur la table de Peutinger. HerusalemCette carte du monde habité était une mise à jour de celle qu'Auguste avait demandée à Agrippa. Elle accompagnait le décret impérial de Marc Aurèle de 162 commandant le bornage des voies romaines. Y sont donnés les noms des toparchies de Judée Amauante, Hiericonte, Lydois, Gofna Thamna et Joppé. Le nom des autres est connu par Flavius Josèphe, Akrabatta,  Herodium, Pella,  Idumea,  Engedi (GJ III, III, 5) et par Pline l'Ancien qui paraissait ignorer les deux dernières qu'il remplaçait par Bethleptephe
. Amauante ou Emmaus, changea de nom en 220 pour Nicopolis ce qui prouve que la carte fut réalisée antérieurement à cette date; mais elle fut actualisée pour les pèlerins chrétiens avec, par exemple, la notification du Mont des Oliviers.
La ville sainte y porte son nouveau nom "Aelia Capitolina". C'était une des colonies romaines les plus importantes du Moyen Orient, défendue par des légions qui stationnaient sur les collines environnantes. Son territoire s'étendait au-delà de la ville dessinée à la charrue. Était donné également son nom initial HerusalemHerusalem. Un “m” accentué suit le nom de la ville sainte:
«antea dicta Herusalem m Helia Capitolina»
Ce ‘m‘ a été compris par les auteurs comme l'abréviation   de l'adverbe “modo”, qui signifie "à l'instant" ou encore “récemment” : «Appelée auparavant Jerusalem, récemment Aelia Capitolina».
En effet la colonie n'avait pas trente ans lors de l'établissement de la carte. Il est tentant d'établir un lien entre ce m et le suffixe μήμ par lequel le vocable Ἱερουσαλημήμ pouvait s'étendre à la toparchie centrale de la Judée. La carte en aurait gardé une empreinte déformée à travers l'abbréviation de cet adverbe.

Il s'avère qu'en hébreu, le duel de "Yerushalem" n'aurait pas du être "Yerushalayim", mais "Yerushalmayim" et ”Yerushalmayimah" au locatif; la redondance Jérusalêmêm n'en est pas éloignée, d'autant que la finale “ayim” était parfois transcrite “êm” (Saarêm au lieu de Saarayim en 1Chr 8:8). D'autre part il semble qu'un alpha A ait été gratté lui aussi invitant à lire Ἱερουσαλημημα. Si Scrivener et Swanson n'ont pas lu cet alpha, il n'en est pas moins discernable sur le parchemin. Ce pourrait être la retranscription en Grec du locatif dans la forme du duel.
Que Ἱερουσαλημήμα ait désigné au premier siècle la première toparchie de Judée n'est donc pas invraisemblable. Une lecture patiente des manuscrits sinon de l'épigraphie le confirmera peut-être un jour.
Si l'hypothèse s'avérait juste , on retrouverait alors la distance de soixante stades ou 12km séparant Oulammaus/Bethel des limites de la toparchie de Jérusalem.



S Chabert d'Hyères
© Copyright 2006