Les Paroles de Jésus sur le pain & le vin lors de la Cène


Les paroles eucharistiques de Jésus sur le pain et le vin lors de la Cène nous ont été transmises par Luc, par Paul et par Marc qui fut repris par Matthieu. Les différences d'un auteur à l'autre puis d'un manuscrit à l'autre manifestent que le texte initial de Luc fut allongé en fonction du témoignage de Paul et que celui de Marc fut retouché partiellement par les copistes d'après le texte de Matthieu.
Se laisse dessiner la chronologie suivante dans la rédaction des textes, avec en premier :
  1. L'Évangile de Luc  dans sa rédaction initiale du Texte Occidental (Codex Bezæ et Itala) où la consécration du pain n'est pas accompagnée d'un ordre de commémoration et où il n'y a pas de parole consécratoire sur la coupe de vin1.
  2. Dans sa première épître aux Corinthiens, Paul a laissé sur la manière de célébrer dignement l'Eucharistie un témoignage spirituel qu'il dit avoir reçu personnellement du Seigneur et qui doit néanmoins à l'Épître aux Hébreux comme à Luc.
  3. L'Évangile de Marc qui doit et à Paul et à l'Épître aux Hébreux.
La variété dans les paroles prêtées à Jésus sur l'institution eucharistique manifeste combien dans les premières décennies après la Résurrection la commémoration de la Cène a évolué en fonction d'une réflexion spirituelle sur les enseignements et les actes posés par Jésus.

  • - I - Le pain et le vin dans l'enseignement de Jésus
  • II - La coupe de la Nouvelle Alliance
  • III- L'action de grâce sur le pain
  • Conclusion
  •    I - Le Pain et le Vin dans l'enseignement de Jésus

    Parmi les paroles et les actes de Jésus rapportés par les Synoptiques se décèle une préparation pédagogique à la consécration faite sur le pain le soir de la Cène :

    On compte 16 occurrences, en Luc, du mot pain contre 6 occurrences du mot vin, dont deux concernent Jean Baptiste qui n'en buvait pas ; c'est, comparativement assez peu et cette proportion est identique chez les trois autres évangélistes. Dans les Actes des Apôtres les repas sont centrés sur la fraction du pain, sans que le vin ne soit même évoqué (Ac 2.42,46 ; 20.7-11; 27.35). Et si par l'expression "à vin nouveau outres neuves", Jésus a comparé son enseignement à un vin nouveau que les institutions n'étaient pas à même de contenir, le fruit de la vigne n'a pas reçu de lui, à suivre les Synoptiques, la même attention que le pain.

    L'évangéliste Jean qui n'a pas retracé le repas de la Cène n'a pas rapporté de paroles de Jésus sur le pain et le vin. Par contre, il a mis le vin en exergue en présentant le miracle de Cana comme le premier signe de Jésus ; à travers la présence de Marie il a établi un parallèle  avec la Croix quand le cœur du Christ transpercé  laissa jaillir du sang et de l'eau, ce qui fut compris comme l'alliance mystique du Christ avec l'Église (même si le terme d'alliance ne figure pas dans son écrit).

      II - La coupe de la nouvelle Alliance

    La conception d'une “nouvelle alliance” remonte au Prophète Jérémie qui annonçait que Dieu conclurait avec les maisons d'Israël et de Juda une nouvelle alliance en inscrivant “sa loi” dans les cœurs3. Partout dans le Livre de Jérémie, la loi du Seigneur désigne l'ensemble des commandements transmis par Moïse, autrement dit la Torah ; ainsi, dans la nouvelle alliance ce n'est pas la loi qui devait changer, mais la façon de la penser et de la pratiquer. Comme en hébreu חדש désigne à la fois la nouveauté et le renouvellement, la nouvelle alliance annoncée apparaît davantage comme un renouvellement de la première que l'instauration d'un régime entièrement nouveau.
    Cette annonce faite par Jérémie se retrouve dans le “Nouveau Testament” qui lui doit son nom4, dans l'Épître aux Hébreux où l'auteur, après avoir longuement cité le prophète Jérémie, concluait sur ces mots : "En parlant d'une alliance nouvelle, [Jérémie] a rendu ancienne la première; or ce qui est ancien et qui vieillit est près de disparaître."He 8,13. En rapprochant la nouvelle alliance du Salut en Jésus-Christ il l'opposait à la tradition hébraïque qu'il considérait obsolète.

    Paul a déployé cette spiritualité en direction des Païens en vue de leur intégration au même titre que les Juifs dans cette nouvelle alliance qui ne comportait plus de soumission à la Loi mais à l'enseignement du Christ (2Co3.6sq; Gal 4.24).
    Boire à la coupe revenait à sceller dans le Sang du Christ la nouvelle alliance à laquelle étaient conviées toutes les nations : "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang”5

    Cette participation des Païens au salut revêtait toute sa cohérence à l'époque où Paul écrivait puisqu'il s'adressait à un auditoire largement issu du paganisme ; mais lors de la Cène, alors qu'elle n'avait pas été clairement énoncée par Jésus, comment l'intégration des païens pouvait-elle être comprise d'apôtres qui n'avaient pas encore vécu l'expérience de la Passion, de la Résurrection et de la Pentecôte ? De fait, reportée lors de la Cène, cette “nouvelle alliance” avec les nations revêt un caractère anachronique et prématuré.
    Il faut remarquer, en outre, que la parole sur la coupe n'est pas le parallèle exact de celle sur le pain : Elle ne consacre pas directement le vin dans le sang et celle qui la suit “faites ceci, toutes les fois que vous boirez en mémoire de moi”, n'explicite pas quel geste de commémoration doit être accompli sur la coupe.

    Paul avait écrit aux Galates :“Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme, car je ne l'ai pas reçu d'un homme, ni je n'ai été enseigné, mais par une révélation (ἀποκαλύψεως) de Jésus-Christ.” Gal 1,11-12. Et à propos même de l'Eucharistie il écrivait aux Corinthiens "Car moi, j'ai reçu du Seigneur cela même que je vous ai transmis: la nuit qu'il fut livré le Seigneur ...prit la coupe, et dit: "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang."5. Sur le point précis de l'Eucharistie il ne se recommandait pas de la tradition apostolique ; vraisemblablement rien encore n'avait été fixé au niveau liturgique entre les Apôtres.


      A - Marc et le Sang de l'Alliance

    “Prenant une coupe, Jésus rendit grâces et la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : Ceci est le sang de moi, de l'Alliance, le [sang] versé pour beaucoup" Marc 14:23-24.
    Ces versets appellent plusieurs remarques :

    Ces trois points font difficulté. À qui les imputer sinon au rédacteur ?
    S'inspirant d'un verset de l'Épître aux Hébreux "Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous" (He 9,20 citant Exode 24,8) Marc a pu en faire une adaptation à la Cène par ces mots "ceci est mon Sang de l'Alliance”; il créait ainsi un parallèle direct avec la parole sur le pain ceci est mon Corps”, cherchant à apporter de la simplicité là où les propos de Paul offraient une certaine complexité .

    Le verset qui lui fait suite “je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'à ce jour où je le boirai nouveau dans la royauté de Dieu” mêle la parole sur le jour de la fête à celle sur la coupe du kiddouch dans le récit de Luc1 dont Marc est manifestement redevable.

      B- L'interdit du sang

    Une autre difficulté que recèle l'écrit de Marc est la transgression de l'interdit de boire le sang, un interdit qui n'était pas franchi dans les paroles rapportées par Paul5.
    L'interdit de boire le sang est un commandement imprescriptible de la Torah : “Quiconque de la famille d'Israël ou des étrangers qui séjournent parmi eux, aura mangé de quelque sang que ce soit, je mettrai ma face contre celui qui aura mangé du sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple.”Lev 17.10.
    Cet interdit de boire le sang remonte à l'alliance de Dieu avec Noé (Gen 9.4). Jésus pouvait-il outrepasser cette prescription et demander à ses Apôtres d'en faire autant ? Si cela avait été le cas pourquoi les mêmes Apôtres ont-ils imposé aux incirconcis de s'abstenir du sang et des viandes encore gorgées de sang par étouffement6 ?

    Au repas de la Pâque, une cinquième coupe de vin présente déjà dans l'Antiquité7, focalise l'attention sur la venue du Messie à travers le prophète Élie qui, selon Malachie 3,23 doit ramener le cœur des pères vers les fils ; ce rôle fut donné par l'Ange Gabriel à Jean Baptiste dont l'absence devait cruellement se faire sentir le soir de la Cène. L'ultime coupe dite d'Élie n'est pas bue. Elle constitue une coupe spirituelle comme celle que Jésus évoqua dans sa prière au mont des Oliviers :
    “Père, non pas ma volonté, mais la tienne qu'elle advienne : Si tu veux emporte cette coupe, loin de moi!" Lc 22,42 (codex Bezæ).
    Luc a été le seul à mentionner la sueur de sang tombant du visage du Christ au moment où il présentait cette prière, associant spirituellement le sang et la coupe.

        Paul avait connaissance de son évangile (cf. 2 Co 8.18) dont il devait posséder un exemplaire (2 Ti 4.13) ; il s'y référait implicitement (Ac 17.2-3) si bien que sa propre méditation a pu en être marquée ; si l'association spirituelle de la coupe et du sang se retrouve dans son rituel commémoratif de 1 Co 11.25 "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang", il est légitime de penser qu'elle lui vient de Luc.

      C - Le sang vraie boisson selon Jean

    Jean qui n'a pas retracé le repas de la Cène, n'a donc pas rapporté les paroles de Jésus sur le pain et le vin. Mais dans son long discours sur le pain de vie il a présenté de manière saisissante la chair du Christ comme “la vraie nourriture” et son sang comme la “vraie boisson”. Ces paroles étaient audibles dans la mesure où les Chrétiens vivaient déjà la commémoration de la Cène. Mais sans les gestes du Christ sur les espèces du pain et du vin, elles eussent été inaudibles. Jean a ainsi prêté à Jésus des paroles qui pouvaient n'être entendues qu'à l'époque où lui même écrivait et où l'interdit de boire le sang avait été dépassé et transfiguré. Comme Marc et comme Paul, il établissait un parallèle entre les espèces du pain et du vin ; dans la mouvance du texte court de Luc, il saisissait une actualisation de la Présence divine : “Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.” Jn 6.57.

      III - L'action de grâce sur le pain

    "Prenant du pain, rendant grâces, il le rompit et le leur donna en disant: Ceci est mon Corps." Lc 22,19 D05.
    Telle est la parole de Jésus sur le pain en Luc dans le Texte Occidental ; de même qu'en Marc et Matthieu, elle n'est pas suivie des mots "donné pour vous; faites cela en mémoire de moi”. Elle n'est pas suivie non plus de la bénédiction sur la coupe. Ces phrases furent ajoutées au texte originel afin d'harmoniser les évangiles entre eux.
    Là où Marc et Matthieu parlaient de bénédiction, Luc usait du verbe εὐχαριστέω — être reconnaissant, rendre grâce — qui s'harmonisait avec l'atmosphère festive et libératrice de la fête ; à la racine du verbe se trouve le mot χάρις qui était déjà dans la salutation de l'ange Gabriel à Marie "plénitude de grâce”; on peut y discerner un renvoi implicite de l'Eucharistie à l'Incarnation.

    Jésus avait ouvert la célébration en action de grâces pour le jour de la fête :"J'ai désiré avec désir manger cette pâque avec vous avant de souffrir"Lc 22.15. Désirer avec désir est une expression de la LXX sur le désir de se rassasier de viandes dont furent pris les Hébreux dans le désert (Nb 11:4,34; 33,16; Dt 9,22; 12,20 etc). Elle était sur les lèvres de Jésus car, il se devait de commenter, ce soir là, la sortie d'Égypte.
    Laissant entrevoir que la royauté de Dieu était sur le point de se manifester il annonça alors, selon le codex Bezæ, une "pâque nouvelle": plus du tout je ne mangerai d'elle, jusqu'à ce que, nouvelle, elle soit consommée dans la royauté de Dieu" ; dans les autres manuscrits on lit: "jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans la royauté de Dieu". Cette parole sur le renouvellement de la Pâque renvoie au dialogue qu'il eut avec Moïse et Élie sur la montagne à propos de "l'exode qu'il était sur le point d'accomplir à Jérusalem"(Lc 9,31), l'exode étant le terme consacré pour la libération de l'esclavage d'Égypte conduite par Moïse. L'imminence de cette libération fut à nouveau évoquée lors de la bénédiction sur la coupe d'introduction à la fête : “Prenez et partagez entre vous, car je vous dis: à partir de maintenant je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'à ce que vienne la Royauté de Dieu” (Lc 22,18). C'est alors qu'il rompit le pain, le pain azyme symbole de la pureté d'intention et le donna à ses disciples avec ces mots: "Ceci est mon Corps". Jésus s'offrait sous le pain sans levain, icône de son humanité et rappelant la manière dont les Hébreux s'étaient nourris dans le désert du pain azyme et de la manne céleste. Ayant refusé de changer les pierres en pain, il changeait le pain en son corps pour transformer de l'intérieur les cœurs de pierre en cœurs de chair, instaurant au milieu des apôtres la Royauté de Dieu.
    Après avoir vécu sa Passion, être entré dans la mort et s'en être relevé, Jésus a cheminé avec deux de ses disciples, s'arrêtant pour prendre un repas avec eux : "Comme il se mettait à table, il prit du pain, prononça la bénédiction et leur faisait partager ; recevant de lui le pain, leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent ; et il devint invisible d'eux.” Lc 24.30-31. Le fait qu'il ait disparu à leurs yeux précisément à ce moment là invite à établir une relation entre la fraction du pain et sa présence devenue invisible. Il reprenait par ce geste celui de la Cène pour inviter à en poursuivre la commémoration. La parole "faites ceci en mémoire de moi" en fut la traduction verbale.
    Les deux disciples qui ne l'avaient identifié ni à son apparence ni à sa voix le reconnurent soudainement, leurs yeux s'ouvrant sur les réalités invisibles.


    L'afikomen (grec ἀφικόμην) est la partie d'une matza rompue en début du repas de la Pâque puis cachée aux regards ; comme l'aoriste ἀφικόμην, signifie “je suis venu”, Hillel en référait le rituel au roi Ézéchias mort depuis longtemps et considéré par certains comme le Messie (Sanhedrin 98b–99a). Reprenant le travail de R.Eisler, D.Daube a proposé de voir dans l'afikomen la part du Messie et dans l'autre partie de matza le peuple en attente de lui7 ; son livre "He that cometh” est inspiré de la phrase "Οὗτός ἐστιν ὁ πρός σε ἀφικόμενος" du traité sur la Pâque de Méliton de Sardes. Mais le rite de l'afikomen qui n'était observé que par quelques petits groupes au temps de Jésus n'explique ni ne rend compte du sens de ses paroles sur le pain.

    L'expression “pour vous” qui accompagne la parole sur le pain en 1Co11.24 fut rendue dans la Vulgate latine par “pro vobis tradetur”, en français “livré pour vous”; cette expression n'appartient à aucune des sources initiales ; elle vise à établir un parallèle avec le sang “versé pour vous” du texte de Matthieu. Elle se retrouve dans la liturgie de la messe catholique où elle confère au geste du Christ un caractère sacrificiel8.


      Synthèse

    Jésus avait rendu grâces lors de la Cène sur le pain azyme symbole de pureté et de pauvreté, disant "Ceci est mon Corps”. Sous l'espèce du pain il exprimait sa présence personnelle à chacun dans l'action de grâce.
    Alors que la consécration du pain est bien attestée par les sources comme un acte authentifiant la présence du Christ parmi les siens, celle de son parallèle sur le vin serait redevable à une évolution progressive de la liturgie dans les premières décennies après la Résurrection, comme incitent à le penser les points suivants :
    C'est par la prière au Mont des Oliviers que s'est inscrit un lien entre la coupe et la sueur de sang et que la Passion de Jésus fut intégrée à la liturgie à travers la coupe de vin (et, à travers elle, le dessein rédempteur).


      Notes

    1- Luc 22 selon le Texte Occidental
    Codex Bezæ,(D05) : 15 Et il leur dit " de désir, j'ai désiré cette Pâque la manger avec vous, avant, moi, de souffrir. 16 Je vous dis en effet : plus du tout je mangerai d'elle, jusqu'à ce que, nouvelle, elle soit consommée dans la royauté de Dieu". 17 Et prenant la coupe, rendant grâces, il dit: "prenez ceci, distribuez entre vous. 18 Car je vous dis : à partir de maintenant je ne boirai sûrement pas du produit de la vigne jusqu'à ce que vienne la royauté de Dieu! 19 - Puis, prenant du pain, ayant rendu grâces, il rompit et le donna disant : Ceci [est] mon corps. [20 - ***]

    [Autres manuscrits (grecs):
    19b “qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.
    20 De même aussi la coupe, après le repas, en disant : cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.
    ”]

    Itala : a, d, aur, i, l, ff2
    17 Et accepto calice gratias egit et dixit : Accipite hoc et dividite inter vos
    18 Dico enim vobis quod non bibam de generatione vitis donec regnum Dei veniat.
    19 Et accepto pane gratias egit et fregit et dedit illis dicens : Hoc est corpus meum.
    r1, aur, c, f, q, vg : quod pro vobis tradetur (datur) hoc facite, in meam commemorationem. (phrase absente de : a, d,  i, l, ff2).
    c, (r1, aur, c, f, q, vg ) 20 Similiter et calicem postquam cenavit : Hic est calix novi testamenti sanguinis mei qui pro vobis effundetur. (phrase absente de : a, d,  i, l, ff2).

    Itala : b et e
    19 Et accepto pane gratias egit et fregit et dedit illis dicens : Hoc est corpus meum.
    17 Et accepto calice gratias egit et dixit : Accipite hoc et dividite inter vos
    18 b Dico enim vobis quod non bibam de generatione hac vitis huius donec regnum Dei veniat.
    18 e Dico enim vobis quod non bibam de generatione vitis donec regnum Dei veniat.

    2 - L'afikomen vient du grec ἀφικόμην : “je suis venu”. Cf. David Daube “He That Cometh”, D. B. Carmichael, “David Daube on the Eucharist and the Passover Seder” 45–67 qui renvoie à Meliton de Sarde qui utilisait le participe ἀφικόμενος pour la venue messianique de Jésus. Il recouvre le verbe hébreu נָגַע et se rencontre dans la LXX en Gn 28.12 pour l'échelle qui "arrive” jusqu'au ciel.

    3-Jérémie 31:31-34 "Voici, des jours viennent, dit le Seigneur, et je conclurai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une nouvelle alliance, 32 non comme l'alliance que j'ai conclue avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, mon alliance qu'ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit le Seigneur. 33 Car c'est ici l'alliance que je conclurai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai ma Torah au dedans d'eux, et Je l'écrirai sur leur coeur, et je serai Dieu pour eux, et ils seront un peuple pour moi 34 Et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant: Connaissez l'Éternel; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d'entre eux jusqu'au grand, dit le Seigneur; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché."Cité en Hb 8.8-12


    4- Jérémie 31.31 annonçait une בְּרִית חֲדָשָֽׁה , traduite dans la LXX par διαθήκην καινήν, dans la Vulgate par testamentum novum qui a donné en français "Nouveau Testament”

    -5 : 1 Corinthiens XI, 23 "Car moi, j'ai reçu du Seigneur cela même que je vous ai transmis(παρέλαβον ἀπὸ τοῦ κυρίου ὃ καὶ παρέδωκα ὑμῖν): à savoir que le Seigneur Jésus, la nuit qu'il fut livré, prit du pain, 24 et après avoir rendu grâces, il le rompit et dit: "Ceci est mon corps, qui est pour vous; faites ceci en mémoire de moi.":25 De même il prit la coupe aussi, après le souper, en disant: "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang: faites ceci, toutes les fois que vous la boirez, en mémoire de moi."26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez la coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne.27 Ainsi quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable à l'égard du corps et du sang du Seigneur."

    6 Actes 15.(20 &) 28 :“Car il a semblé bon au Saint Esprit et à nous de ne mettre sur vous aucun autre fardeau que ces choses-ci qui sont nécessaires: 29 qu'on s'abstienne des choses sacrifiées aux idoles, et du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. Si vous vous gardez de ces choses, vous ferez bien.”

    7- Cf. Deborah Carmichael, David Daube on the Eucharist dans New Testament Backgrounds,1997 p 89-108. En fonction du rituel de la Pâque et des sources hébraïque, l'auteur n'attribue pas à Jésus les paroles sur la coupe ni ne lit dans la parole sur le pain un sens sacrificiel.

    8 - "Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon Sang, le Sang de l'Alliance Nouvelle et Éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés”.

    9 -Évolution de la parole sur la coupe dans les différents manuscrits de Marc et Matthieu

    1- Mc -"Et il leur dit: ceci est mon sang de l'alliance, le [sang] versé pour beaucoup"Mc 14,24, B C D L W etc

    2 Mt -"ceci est mon sang de l'alliance le [sang] pour beaucoup versé en rémission des péchés Mt 26,28 D,

    3 Mt -"ceci est mon sang de l'alliance le [sang] au sujet de beaucoup versé en rémission des péchés Mt 26,28, B 33 etc. Il y eut rectification de la préposition “pour” en “au sujet de” car le sang qui concluait une alliance n'était pas versé pour des personnes mais pour sceller l'alliance; ce sang était versé à cause du péché des hommes, en rémission de leurs péchés.

    4 Mt - "ceci est mon sang, le [sang] de l'alliance nouvelle, le [sang] au sujet de beaucoup versé en rémission des péchés Mt 26,28 A,C etc. Harmonisation sur Paul.

    5 Mc -"ceci est mon sang de la nouvelle alliance, celui au sujet de beaucoup, versé "Mc 14,24, A f1 f13 etc. harmonisation sur Paul et Matthieu