Commentaire de l'Évangile de Matthieu selon le codex Cantabrigiensis, chapitre 5







Photographies du Manuscrit :
      Cambridge Digital Library

detail





Les “Béatitudes”
Aux sentences bien peu conciliantes gardées par Luc (et c'est le moins qu'on puisse dire!), Matthieu a su conférer un caractère consolant ; ainsi, heureux les pauvres en esprit ne résonne pas de la même manière que heureux les pauvres. À croire que Jésus selon Matthieu et Jésus selon Luc n'étaient pas le même personnage. Le premier voulait attirer à lui, tandis que le second ne cessait de mettre en garde contre les faux-semblants.

Heureux les pauvres en esprit parce qu'est d'eux le Royaume des Cieux.
L'absence de l'article devant esprit incite à considérer ce terme comme un nom commun dans une invitation à avoir un esprit pauvre qui ne s'appuie pas sur ses facultés intellectuelles. Néanmoins en écrivant le grec πνεῦμα en abrégé ΠΝΑ, le copiste du codex Bezæ — comme ceux des autres grands onciaux— semblait considérer qu'il s'agissait de l'Esprit Saint qui seul peut rendre l'esprit pauvre, c'est- à- dire humble.
L'appartenance est dite ici au génitif pour une propriété revenant en titre aux pauvres en esprit. Dans le parallèle lucanien elle n'est dite ni au génitif ni au datif mais avec le pronom ὑμετέρα, vôtre ou pour vous.

4 Heureux les humbles parce qu'ils hériteront de la terre. D05, 33, Itala, Bomss, Syc, Origène et Eusèbe.
Ce verset 4 se retrouve au v 5 dans tous les autres manuscrits. Le grec πραῦς humble, traduit l'hébreu עָנָו (cf Nb 12.3 concernant Moïse l’homme le plus humble) et πτώχος, pauvre l'hébreu אֶבְיוֹן. Ces deux synonymes sont fréquemment cités ensemble (Ps 40.8, 70.6, 86.1, 109.22) si bien que la mention des humbles est attendue juste après le verset 3 qui mentionne les pauvres en esprit. Quand au sens de cette parole, qui n'est pas en Luc, il convient de noter que le bonheur qui vient de la possession même de biens ou de richesses est une notion très matthéenne.


Le Christ donnant sa Loi aux apôtres
Arles, IVs
11 Heureux êtes-vous lorsqu'on vous persécutera et insultera et qu'on dira contre vous tout mal à cause de la justice.
  Avec “à cause de la justice”  (D05 et l'Itala) ce verset  constitue un développement du précédent : “Heureux les persécutés à cause de la justice parce qu'à eux sera le Royaume des Cieux.” Estimait-on qu'il faisait doublon ?  Serait-ce la raison pour laquelle il fut retouché avec “à cause de moi”   qui représentait  “ le Fils de l'homme” du parallèle lucanien (Lc 6.22)  : «Heureux êtes vous lorsque les hommes vous haïront, vous exclueront, vous outrageront, proscriront votre nom comme mauvais à cause du Fils de l’homme.” ?

  Le zèle pour le bien peut amener à “souffrir pour la justice” écrivait Pierre (cf 1P 3.14). Le seul fait d'appartenir au Christ a valu la persécution à des milliers d'êtres humains. Le juste parce qu'il est pacifique déclenche la colère du violent; c'est la justice dont il fait preuve qui lui attire la persécution ; mais on ne saurait dire que celui qui le persécute le fait “à cause de la justice”.
 C'est peut-être pour éviter une méprise que, dans le Texte Alexandrin, le verset fut retouché  en fonction de son parallèle lucanien.

19... Par contre, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.
Cette phrase absente de D05, W, א , 579, valorise le respect des prescriptions judaïques et constitue une redondance de caractère positif sur la précédente qui est formulée de manière négative.

20 Car je vous le dis : si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux.
Ce verset est absent de D05.
Il paraît dénoncer l'hypocrisie des scribes et des pharisiens (cf Luc 12.1) et vouloir inscrire  une articulation entre les différents éléments du discours. Néanmoins, il impose une rupture contradictoire avec ce qui précède comme si, tout à coup, Jésus se positionnait contre la Loi qu'il venait d'appeler à observer minutieusement. Dans les versets suivants, il invitait à être plus diligent encore dans les injures formulées contre autrui. Aussi, ce verset qui ne paraît pas a sa place, serait imputable à une insertion de copiste.

22 quiconque s'emporte contre son frère sans une juste cause
L'adverbe εἰκῇ, “sans une juste cause” est en D05, L,W, Θ, f1-13, 33, Itala, Origène, Cyprien.
La colère peut être justifiée ou injustifiée.
En ce qui concerne les injures proférées contre autrui, faire rougir quelqu'un en public est l'équivalent du meurtre selon le Talmud. Le droit romain quant à lui réprimait le convicium ou l'outrage verbal (Cicéron De Re Publica IV 12).
Mais que recouvrent les injures raka et surtout moreh  ? L'injure raka  relève peut-être de la racine ריק qui signifie vide, soit vide d'esprit et d'intelligence. L'hébreu רשה , rasha, dans le traité Sanhédrin 10b dernier §, désigne celui qui est passible de la flagellation ou de la mort infligée par le tribunal du sanhédrin. La Torah dénonce le moreh, le rebelle à Dieu ( מָרָה Nb 20.10) un terme repris dans la littérature rabbinique pour l'insensé. Le moreh était digne du tribunal divin. Peut-être s'agissait-il d'injures formulées contre les chrétiens par les rabbins qui n'en restaient pas moins des “frères” mais que Matthieu cherchait à intimider, voire tendait à menacer ?

24 Laisse-là ton offrande devant l'autel et va d'abord échanger avec ton frère et alors, en arrivant, tu présentes ton offrande.
Avec le préfixe κατα, le verbe ἀλλάσσω,  échanger contre,  est  synonyme de δια - ἀλλάσσω préféré dans le texte courant et qui signifie se réconcilier. Les versets 23 et 24 propres à Matthieu résument à eux seuls ce qu'est l'amour du prochain uni à l'amour de Dieu.

25 Sois vite en bonne intelligence avec ton adversaire tant que tu es en chemin avec lui,de peur que l'adversaire ne te livre au juge.
Ainsi était-il conseillé de se concilier son adversaire.
Selon Luc Jésus préconisait au contraire de s'écarter de lui au plus tôt.
Alors qui croire ?
Avec παραδώσει, le verbe “livrer” est au futur de l'indicatif en D05, là où est attendu le subjonctif après la conjonction μήποτέ. Ce choix a pu être guidé par le parallèle lucanien (Lc 12.58) où ce même verbe au futur ne relève pas de la conjonction.


Portrait de deux époux chrétiens de rang clarissime
Arles, IVs
30 [Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne.]
Ce verset,  un parallèle de Mc 9.43, est absent  en D05, Sys boms vgmss. Il porte sur le sens du toucher et n'entretient pas avec ce qui précède ce lien direct que le sens de la vue apporte au verset sur l’adultère commis seulement en imagination. Il a pu être rajouté en Matthieu, par réflexe.

32 Celui qui répudie sa femme - hormis le cas de prostitution -
fait qu'elle sera adultère, [et celui qui épouse une femme déliée (ἀπολελυμένην) commet l'adultère]
.
L'expression  “fait qu'elle sera adultère” remplace ce que le parallèle de Marc 10.11 a d'obscur ; elle concerne le sort de la femme que la répudiation pourrait contraindre à l'adultère.

La phrase entre crochets est absente de D05, de l'Itala et d' Origène. Sa présence dans le texte alexandrin vient confirmer le caractère originel de Luc 16.18 selon D05, Syscp , boms.
En Luc 16.18 il est fait allusion à Hérodiade qui s’était volontairement déliée de son premier mari pour épouser son demi-frère. En fonction de ce contexte, et comme l'agent d' ἀπολελυμένην n’est pas mentionné, ce participe aoriste est à lire comme un moyen  : “qui s'est déliée”. Un homme qui épouse une femme qui se délie pour lui de son mari, commet l'adultère. Par contre, la femme répudiée par son mari sans qu'il y ait consentement de sa part, ne semble pas directement concernée par ce verset.

Dans le contexte de Matthieu, et bien que l’agent ne soit pas indiqué, le participe ἀπολελυμένην est plutôt à lire au passif :  “qui a été répudiée”. Celui qui épouse une femme répudiée officiellement se rend adultère. Le jugement matthéen sur le divorce s’avère donc plus rigoureux que celui de Luc.

Aussi, pour harmoniser Luc et Matthieu fut rajouté en Luc dans le texte alexandrin l'agent “ἀπὸ ἀνδρὸς” afin que le participe soit lu au passif :“qui a été répudiée par le mari”.

44 Bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous dénigrent.
Des phrases issues de Luc 6.26-27 présentes ici en D05 et quelques autres manuscrits grecs (minuscules).