Commentaire de l'Évangile de Matthieu selon le codex Cantabrigiensis, chapitre 3







Photographies du Manuscrit :
      Cambridge Digital Library

detail






Jean le Baptiste




Baptistère des Ariens VIs, Ravenne 
Les versets 1 à 6 reprennent  Marc 1.1-9 dont le portrait physique de Jean au v 6 qui est absent de Luc ; par contre les versets 7 à 12 avec l'apostrophe aux pharisiens sont absents de Marc mais présents en Luc. Matthieu a donc conjugué ici ses deux sources synoptiques comme cela se produit souvent.
L'inverse, par contre ne se rencontre jamais à savoir : Marc ne conjugue pas de détails propres à Luc mais ignorés de Matthieu avec des détails propres à Matthieu mais ignorés de Luc. Idem en ce qui concerne Luc. Ce schéma littéraire implique de placer Matthieu chronologiquement après Luc et Marc en reconnaissant qu’il a eu à sa disposition les écrits de ses deux prédécesseurs.

4 Lui Jean avait son vêtement de poils de chameau et une ceinture de peau autour de ses reins; sa nourriture était de sauterelles et de miel agreste.
En adoptant le verset de Mc 1.6, Matthieu en a corrigé ce caractère excessif qu'il présente en D05 : Jean était vêtu d'une peau de chameau se nourrissant de sauterelles et de miel agreste.
Sous sa plume, la peau de chameau trop dure pour en faire des vêtements s'est changée en poils de chameau, la peau devenant une ceinture de peau.
Par la suite le verset de Marc a été corrigé en fonction de celui de Matthieu.

17 Et voici une voix depuis les cieux lui disant : Tu es mon fils, le bien aimé, en qui j'ai mon bon plaisir.

C'est un calque de Mc 1.11, tandis que la leçon commune est une reprise des paroles de la  transfiguration (Mt 17.5).