Commentaire sur l'Évangile de Luc selon le Codex Bezæ, ch.XXI





Photographies du Manuscrit :
Cambridge Digital Library

detail










Luc XXI

2-Ce qui est un quadran.

Les pièces frappées à Jérusalem correspondaient à la monnaie séleucide grecque : Tétradrachme, didrachme, drachme, lepte etc.
En Galilée Antipas avait fait frapper des monnaies romaines: Dupondius, as, quadran. Mais l'épisode se déroulait en Judée et non en Galilée.
Cette addition explicative à l'intention d'un auditoire non Israélite serait un emprunt à Marc 12:42.

4 -Tous ceux-ci en effet de leur surplus ont jeté contre la libéralité de Dieu.
[Tous ceux-ci en effet de leur surplus ont jeté aux offrandes]
Seul, " τὰ δῶρα" désigne les offrandes; par contre "τὰ δῶρα τοῦ Θεοῦ " est une expression consacrée pour parler de la grâce de Dieu et la gratuité de ses dons, de sa libéralité (cf. Ac 8,20, Jn 4,10). La préposition εἰς peut avoir une connotation d'opposition (cf 12,10). Les riches en répondant par leur superflu, leur surplus, à la quête de la gratuité divine, se moquaient d' elle. Une veuve, en mettant deux leptes dans le trésor - ce qui était beaucoup vu son dénuement - plaçait quand à elle sa confiance dans la libéralité de Dieu. L'expression selon 1Chr 21,24 recouvre l'hébreu hola rhinam, un sacrifice gratuit.

5 - Qu'avec de belles pierres il a été paré et avec des “anathèmes”(ἀναθέμασιν).
Dans la Septante ἀνάθεμα désigne à la fois l'offrande consacrée à Dieu par les fidèles (Lv27,28), mais également ce qui, offert aux dieux étrangers, se voyait voué à l'interdit et détruit par les Israélites (Nb 21,3, Dt 3,6, 7,26, 20,17 etc.). C'était l'anathème. D'où le sens de parole imprécatoire donné aussi à ce terme. temple

L'orthographe ἀνάτεμα, qui ne se rencontre pas dans la Septante, est une offrande votive, un ex-voto. L'exclamation des disciples ayant suscité une prophétie de Jésus contre le temple, l'orthographe choisie par le rédacteur impliquait le jeu de mots entre l'anathème et l'ex-voto.


Offrande votive du temple d'Hérode 21 av JC, Hecht Museum, Haifa.


6 - Il ne sera pas laissé pierre sur pierre dans une muraille ici qui ne soit détruite.
L'invective de Jésus contre Jérusalem avait un antécédent, Ez13,12-14 , où se retrouve le mot muraille. C'est en effet la muraille qui était vouée à la démolition non les pierres elles-mêmes. templeLes soubassements subsistèrent. La prise de Jérusalem par Titus ne conduisit pas à la destruction de la ville mais principalement de l'enceinte extérieure et de l'enceinte du Temple. L'anathème de Jésus ainsi lancé contre une partie du sanctuaire et non contre la ville toute entière trouvait une première confirmation dans les évènements de 70.



7 Quel sera le signe de ton avènement?
[Quel sera le signe que cela est sur le point d'arriver?]
Une fin de phrase unique au codex de Bèze, où ἐλεύσεως est à considérer comme originel le terme apparaissant chez Irénée (Adversus Haereses I,10, 1 et 3). Par cette question posée à Jésus, présent au milieu d' eux, les disciples envisageaient la manifestation, en leur temps, de la royauté de Dieu, comme cela était dit en 19,11. Ce thème de la venue est repris dans le verbe principal du verset suivant - beaucoup viendront en mon Nom; il y a continuité entre les deux versets. De cette venue du Christ il sera fait mention à nouveau par un des larrons crucifiés (23,42D), et par Etienne (Ac, 7,52). Cette venue est à relier à la royauté de Dieu venant en ce monde (17,20), avec le Fils de l'homme qui vient (7,16;12,40;13,35,présent) ou qui est venu (aoriste,7,34;12,49; 18,8;19,10;22,27D), à la manifestation en gloire (9,26 et 27D); cette venue est aussi énoncée au futur : 21,27-28. Le terme est plus primitif que celui très paulinien de parousie employé en Mt 24,3, et qui s'entend de la venue eschatologique.

8 Beaucoup viendront sur mon nom disant ...
Venir, agir ou faire “sur le nom de” (“au nom de” en bon français) est une action engagée de la part de quelqu'un, sous son autorité, comme au nom de Dieu en Dt 18:20. Cette expression se rencontrait déjà en Luc au ch.9 :
Celui qui accueillera cet enfant sur mon nom, il m'accueille moi et Celui qui m'a envoyé.” Lc 9.48D05.
“Maître, nous avons vu quelqu'un, sur ton nom, expulsant des démons et nous l'avons empêché parce qu'il ne suit pas avec nous.” Lc 9.49.
Que ce soit Jésus, le Fils de l'homme, Seigneur ou Christ, le nom lui-même ne semblait pas directement en cause mais l'identité de sa personne en tant qu'envoyé du Père.
“Beaucoup viendront sur mon nom”
serait ainsi à comprendre : Beaucoup viendront en prétendant être —eux aussi — des envoyés de Dieu.

...disant que “moi je suis”(Ἐγώ εἰμι).
L'évangéliste Matthieu ayant interprété l'expression sous la forme “moi je suis le Christ” les traducteurs sous-entendent généralement le nom de Christ dans les parallèles de Luc et de Marc. Mais comme il n'y figure pas, d'autres lectures du verset sont à envisager :

9 - Ne craignez pas.
Le verbe est ici moins fort que celui de la leçon commune "ne soyez pas épouvantés", et que l'on retrouve en 24,37.

10 - *** [il leur disait alors ]

14 - Mettez donc en vos cœurs de ne pas être défendus en vous étant exercés d'avance .
[Mettez donc en vos cœurs de ne pas vous exercer d'avance pour être défendus]
προμελετῶντες , un hapax dans le NT, vise l'exercice de la déclamation. Il ne s'agit pas de renoncer à se défendre, mais de ne pas compter sur ses talents oratoires pour assurer sa défense.

15 L'Esprit Saint, Esprit du Christ.

Luc XII Luc XXI
10 Et quiconque proférera une parole contre le Fils de l'homme, il lui sera remis, mais contre l'Esprit, le Saint, il ne lui sera pas remis ni en ce siècle ni en celui à venir. 11Quand on vous mènera devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas à l'avance de la manière dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz 12 car le Saint Esprit vous enseignera à l'heure même ce qu'il faudra dire.
12 - Or avant tout cela, ils jetteront leurs mains sur vous, et ils vous poursuivront, vous livrant aux synagogues et aux prisons, vous faisant comparaître devant rois et gouverneurs, à cause de mon nom; 13 il en résultera pour vous un témoignage. 14 Mettez donc en vos coeurs, de ne pas, en vous étant exercés d'avance, vous défendre. 15 Moi, en effet, je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle ne pourront s'opposer tous vos contradicteurs.










Ce passage du chapitre 21 s'intercale entre l'annonce de cataclysmes et l'avertissement de la ruine de Jérusalem, sans qu'un lien de cause à effet ne s'établisse entre eux.
L'extrait du chapitre 12, plus court, lui est connexe et fait suite au “blasphème contre l'Esprit” mais sans lien avec lui si ce n'est que le Saint Esprit y est nommé ;  ce sont les deux seules occurrences sur l'Esprit Saint que Luc ait prêtées à Jésus (mise à part la parole d'Isaïe 60.2 lue en Lc 4.18, et l'occurrence de Lc11.13 qui n'est pas en D05). 

La comparaison entre les deux passages des ch XII & XXI amène la réflexion suivante :
Jésus promettait au disciples l'assistance de l'Esprit Saint pour leur défense et une autre fois il s'engageait lui-même à les assister,  l'Esprit Saint pouvant être comparé à la bouche, et à la sagesse qu'il leur donnerait. C'est pourquoi l'Esprit Saint a pu être appelé l'Esprit de Jésus en Ac 16.7. L'Esprit Saint est en Luc une émanation divine, au même titre que la sagesse ou la puissance de Dieu ; il ne lui est pas attribué un rôle d'égalité avec le Père et le Fils.

Dans son parallèle , Matthieu (10.20) l'a dénommé “l'Esprit du Père”,  considérant  Jésus comme prophète du Don de Dieu.

21 - Et ceux au milieu d'elle, qu'ils n'émigrent pas!
La négation a été répercutée également dans le texte latin.
Elle c'est Jérusalem; la ville se trouvant encerclée, était-il encore temps de fuir? à‰tait-ce une recommandation que Jésus faisait à ses disciples à l'approche de l'invasion des troupes romaines? Mais peut-être était-ce une complainte dans la ligne d'Ezéchiel, et qui se poursuivait jusqu'au verset 26.
24 - Dans la bouche du glaive.
Expression semblable mais avec un synonyme, en Gn34,26.
Le terme est ici un rappel littéraire de Gn 3,24, quand le paradis défendu par des chérubins à l'épée foudroyante, fut interdit à Adam.

24b - Jérusalem sera foulée par des nations, jusqu'à ce qu'ils soient accomplis***.
[...jusqu'à ce que soient accomplis les temps des nations].

Les temps des nations est un ajout au texte initial dont témoigne le codex Bezæ. Sans cette addition, le sujet grammatical du verbe remplir est à choisir entre les jours de vengeance ou bien les Écritures au v.22. Néanmoins l'annonce par Jésus de la ruine de Jérusalem et la dispersion du peuple parmi les nations rappelle la malédiction prononcée par Moïse, et selon laquelle la terre pendant tout ce temps, accomplirait ses sabbats. Lévitique 26, 33-34.

28 - Ces choses venant de se produire, redressez et relevez la tête parce que proche est votre délivrance.
[Ces choses commençant de se produire redressez et relevez la tête parce que proche est votre délivrance ]
λύτρωσις‚ le rachat , fréquent dans la Septante, était mis sur les lèvres de Zacharie (1,68) , celles de Cléopas (24,21) ou comme une préoccupation d'Anne (2,38); le rachat était une coutume liée à la Loi , avec le rachat par un goël d'un hébreu esclave d'un païen (Lv25,48-49).
ἀπολύτρωσις, la délivance n'a pas d'emploi dans la Septante. Chez Flavius Josèphe le terme apparaît une fois( AJ XII,27) lors de la délivrance par le souverain régnant des 120000 juifs rendus esclaves au temps de son père Ptolémée Sôter; le roi, bien qu'étranger à la nation juive, les rachetait en dédommageant ses soldats. Ce rachat se faisant à l'extérieur de la nation par un étranger, Josèphe aurait opté pour ce terme. Le terme a revêtu avec la théologie Paulinienne un sens propre au Christianisme.
ἀπολύτρωσις suppose - si ce n'est le versement d'une rançon - du moins un dédommagment ou une compensation; celle-ci est indiquée au verset 19: "par votre endurance gagnez vos vie", où le verbe κτήσασθε qui signifie acquérir relève du vocabulaire économique. La délivrance sera accordée contre la persévérance dans les épreuves.
cf Le sens du rachat dans les écrits bibliques


36 - Priant, afin que vous soyez jugés dignes d'échapper...et vous vous tiendrez debout.
[Priant afin d'avoir la force d'échapper...]
Celui qui prie sera peut-être jugé digne, par Dieu, d'échapper aux malheurs venant sur les humains.

38 - ***[ ....]
Les manuscrits de la série f 13 comportent ici le récit de la femme adultère qui se lit ordinairement en Jean 7,53-8,11, mais qui est reconnu de style lucanien; c'est donc à la charnière des chapitres 21-22 de Luc qu'il convient de le lire.
Précédant directement la trahison de Judas, cet épisode a constitué une étape significative dans la décision de perdre le Christ.