Accès aux pages du manuscrit
      code : "any"




Le lépreux Samaritain
lepreux samaritain






Annotations, Luc XVII


3 -Si pèche contre toi ton frère.
[Si pèche ton frère]
La précision contre toi, présente dans un grand nombre de manuscrits, est réitérée au v.4: elle met l'accent sur un faute personnelle commise envers une autre personne directement concernée par cet acte.

4 -le sept fois.

L'adverbe est précédé de l'article (neutre, accusatif adverbial). l'expression pourrait être comprise: à la septième fois.

- Je me repentirai
[je me repents!]
Plus pragmatiquement l'annonce du repentir est ici au futur; malgré cela l'offensé était convié à pardonner dès l'instant où l'offenseur donnait signe d'une démarche de retour.

6 vous diriez à cette montagne déplace-toi d'ici, là-bas, et elle se déplacerait;[...]

interpolation de Mt 17,20, (ou 21,21).

- au mûrier * [déracine-toi et] transplante-toi dans la mer...
Le verbe trans-planter est un hapax.
Le mûrier, sukaminw , et non le sycomore , sukomorea, Lc 19,4.
Les Apôtres s'interrogeaient sur leur foi alors que Jésus venait de les inviter à pardonner à celui qui promettait de se convertir. Y avait-il un lien entre les deux? Serait-ce la foi dans la conversion possible du pécheur que Jésus comparait à un arbre obéissant à un ordre ?

9 -Je ne pense pas!

[...]
Une appréciation personnelle de Jésus, quelque peu inattendue, et qui inviterait à considérer ce passage sous l'angle de la boutade.

10 -Lorsque vous aurez fait ce que je dis, dites que des esclaves nous sommes sans exigence.

[Lorsque vous aurez fait ce qui vous a été attribué, dites que des esclaves inutiles nous sommes].
L'adresse était  très directe: il ne s'agissait pas pour les Apôtres de faire ce qui leur avait été attribué-  sans qu'on sache par qui - mais de faire ce que Jésus disait. C'était un rappel de 6,46.
Des esclaves sans exigence: sans exigence d'une récompense, dans la mesure où travailler pour un maître constituerait la récompense en soi. Il semble préférable  de garder à ἀχρεῖοί , un sens proche de l'étymologie, ἀ?- privatif, χρεια le besoin) car l'habituelle traduction serviteur inutile, ne convient guère dans ce contexte où le maître faisait appel à ses esclaves non seulement pour le travail des champs mais aussi pour son service personnel. Il avait donc besoin d'eux. Leur travail était considéré comme une dette envers le mtraître ( ὠφείλομεν), ils n'avaient donc pas de récompense à attendre.
 
14 - Soyez soignés.
[...]
Le verbe est au parfait même si les lépreux ne constateront leur guérison qu'en chemin vers les prêtres; le latin correspondant l'a rendu par : "curati estis". La constatation de la guérison au verset suivant et au v 17 est exprimée à l'aoriste ; par contre ta foi t'a sauvé est au parfait comme en 7,50.

21On ne dira pas : Voici ici! ou Voici là! - ne croyez pas - Voici en effet la royauté de Dieu à l'intérieur de vous est.

[On ne dira pas : Voici ici! ou là! Voici en effet la royauté de Dieu à l'intérieur de vous est.]

Ne croyez pas est une interpolation issue du parallèle de Mt 24,23, [qui rompt la continuité entre les trois "voici"].
Entos,  à l'intérieur, est un adverbe rare, unique dans le N.T. Dans les Psaumes (38,4;102,1;108,22) il accentue l'intériorité des sentiments du psalmiste à l'égard de Dieu. Pour signifier le mode de la présence divine à l'intérieur du coeur humain , Jésus se servait d'une métaphore: la royauté de Dieu. En outre, la situation du verbe être en fin de phrase lui confère son sens existentiel.
Bibl.: T. Holmen, The alternatives of the Kingdom: encountering the semantic restrictions of Luke 17, 20-21, dans, Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der Älteren Kirche, 1996,87,3-4,p.204-29. L'auteur rejette la traduction au milieu de, et traduit entos par à l'intérieur de. Contredisant cette lecture, J. Lebourlier, Entos hymon. Le sens au milieu de vous est-il possible? Dans Biblica, 1992, 73-2, p.259-62.
 
23 - Et on vous dira : "voici Ici; * voici là! Ne vous éloignez pas, ne poursuivez pas!
?δε, Ici, est une allusion probable à un lieu habituellement dédié aux manifestations divines, et peut-être à un lieu précis bien connu des disciples:
b cf  le lieu de la manifestation de Jésus sur la montagne.
Cette injonction de Jésus expliquerait pourquoi Luc n'avait pas nommé ce lieu dans son récit , laissant le lecteur le deviner. Cela expliquerait encore pourquoi les Apôtres ne cherchèrent pas à s' y établir.

24 -En effet, de même que l'éclair éclairant - à partir de l '(éclair) sous le ciel éclaire, ainsi même sera le Fils de l'humain*[...].

[En effet, de même que l'éclair éclairant - à partir de l '(éclair) sous le ciel vers celui sous le ciel brille, ainsi même sera le Fils de l'humain dans son jour].
La racine du mot astraph l'éclair, est répétée trois fois, lumière fulgurante, annonce de la Résurrection (Lc 24,4). A contrario de l'éclair tombant d'un trait, image de la chute de satan (10,18), la lumière de la Résurrection part de dessous le ciel pour l'illuminer. Cette phrase constitue la troisième annonce par Jésus de sa Résurrection; en effet il ajoutait qu'il lui fallait auparavant beaucoup souffrir et être rejeté.
Dans une partie des manuscrits, l'ajout "dans son jour" vient de l'influence de Matthieu qui lisait dans ce passage une annonce de la "Parousie" (Mt 24,27), un terme à travers lequel Paul exprimait son attente de la manifestation a-venir du Christ.
Bibliogr: S. Wollenweider, Je voyais satan tomber du ciel comme un éclair, Lk 10,18, dans Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der Älteren Kirche, 1988, 79-3-4, p.187-203.

36 -Deux dans un champs, un sera pris, et l'autre laissé.[...]

Interpolation de Mt 24,40 répercutée également fans la série f13, les mss 1071, 1346, comme inversement le texte de Matthieu dans le codex de Bèze comprend au v.24,41 le v 17, 34 de Luc (D, f13, 1346).

37 -Là où est le corps, là se rassembleront les aigles.

[Là où est le corps, même les aigles s'agglomèreront]
L'aigle est cet oiseau impressionnant qui déploie son envergure (Is 40,31); comme le milan, il se différencie du vautour, même s'il appartient à la même espèce (gupoV, vautour,Lv 11,13-14). L'aigle était représenté sur les enseignes des soldats Romains. Cette parole serait-elle à considérer comme une allusion à couvert de l' invasion romaine? Matthieu (24,28) en parlant de cadavres, et non de corps a pensé lire à travers l'agglomérat de vautours une annonce de la présence démoniaque signalant la fin des temps.