Accès aux pages du manuscrit
      code : "any"











Actes des Apôtres,
Annotations,   chapitre IV

Bibliographie:
Josep RIUS-CAMPS :Las variantes de la recension occidental de los hechos de los apostoles : Filología Neotestamentaria 10 (1997) 99-104




4,1Prêtres et Sadducéens.
Les Sadducéens: le terme désigne la classe des grands-prêtres. La refonte avec les grands-prêtres , stratège du temple et Sadducéens visait à renforcer l'aspect défensif  de l'opposition aux Apôtres.

4,2 revenir annoncer Jésus à travers la résurrection des morts.
Prêtres et Sadducéens dénonçaient le fait que, sous prétexte de parler de la résurrection des morts - une croyance pharisienne qu'ils ne pouvaient contrer - les Apôtres annoncent le Nom de Jésus.
Mais il est invraisemblable qu'ils aient pu tenir cette croyance pour un délit et l'aient publiquement réprimée comme le suggère la refonte du verset dans le TA où le reproche concerne l'enseignement de la résurrection d'entre les morts à travers Jésus.

4,4 des hommes comme cinq mille
La même expression se trouve lors de la multiplication des pains en Lc 9,14 où se laisse déceler une métaphore de la légion romaine. Le verset des Actes quant à lui, est un rappel direct de la foule assemblée autour de Jésus lors de la multiplication des pains. Le rassemblement autour des apôtres rappelait au rédacteur celui vécu autour de Jésus lorsque les Apôtres revinrent de leur envoi en mission. La promesse faite à Pierre, Jacques et Jean après la pêche miraculeuse, se réalisait.
 
4,6 et Anne le grand-prêtre, et Caïphe et Alexandre et Jonathan
Dans l'Evangile , Luc considérait Anne comme le grand-prêtre et Caïphe son second: "Sous le grand prêtre Anne et Caïphe". Anne aurait été reconnu à vie dans sa charge par le Sanhédrin, une charge qui devenait héréditaire, tandis que Caïphe nommé par l'administration romaine n'était qu'un substitut. Cette disposition, confirmée par le vocabulaire de Flavius Josèphe ayant trait à Anne et ses fils, n'aurait été connue que des seuls initiés.
La formulation des Actes ne reprend pas exactement celle de l'Evangile (Luc 3:2), puisque, apparemment, la fonction de grand-prêtre qualifie Anne et lui seul; Caïphe sur le même plan qu'Alexandre et Jonathan était nommé parce que de descendance archisacerdotale, mais sans que le rôle de grand-prêtre ne lui soit reconnu. Or on sait par Josèphe qu'il fut nommé dans cette charge par les romains de 26 à 36; il était donc en fonction à la mort d'Etienne, et la formulation des Actes en ce qu'elle paraît l'exclure serait inexacte. L'auteur empruntait-il à l'évangile une formule dont il ne saisissait pas vraiment le sens?
En fait l'épisode se situait à l'intérieur du Sanhédrin où Anne seul détenait l'autorité; cela pourrait justifier que Caïphe ait été présenté simplement comme de classe archisacerdotale.
Caïphe est avec la même orthographe dans l'évangile ou encore sur l'ossuaire de Joseph Caipha. L'intercalation d'un a, dans Caiapha, par la tradition alexandrine a pu être motivée par le besoin de le différencier d'avec le surnom donné à Simon par Jésus et vocalisé également Caipha.
 
Jonathan
Jonathan selon le codex de Bèze et quelques autres manuscrits. Jonathan est le nom donné par Flavius Josèphe au fils du grand prêtre Anne qui succéda pour un an à Caïphe en 36-37, (AJ XVIII,95 et 123 ) avant que son frère Théophile ne lui succède.
Une majorité de manuscrits a Iohannan, Jean. Cette corruption du texte valut à l'auteur du quatrième évangile de passer pour un grand-prêtre : “Iôannes qui s'est penché sur la poitrine du Seigneur. Il est né prêtre, il a porté le "pétalon", il a été témoin des évènements et il a enseigné; à Ephèse il repose." Doc de Polycrate évêque d'Ephèse vers 189-199 collectionné par Eusèbe HE V/XXIV.]

Jonathan refusa en 41 d'être nommé grand-prêtre une seconde fois à la place de Simon Cantheras. Il déclara dans une lettre à Agrippa qu'il avait reçu le souverain pontificat de façon plus sainte qu'il ne le ferait à présent et que son frère Mathias était plus digne que lui. (AJ XIX,314-315).

Ayant fait patie d'une délégation qui se rendit à Tyr auprès de Cumanus pour justifier le peuple contre les Samaritains, il fut envoyé ensuite à César avec Ananias (BJ II, XII,236-40). La personnalité spirituelle et politique de Jonathan était forte. Il aurait admonesté le procurateur Felix de telle sorte que celui-ci fit en sorte de l'éliminer par la trahison d'un fidèle. Selon Josèphe cette mort ne serait pas sans lien avec le fait que Dieu ait abandonné la ville sainte à son sort (AJ XX,8:5).


4,11 Il est la pierre méprisée par nous, les bâtisseurs
Pierre se mettait-il vraiment dans le lot de ceux qui n'avaient pas su accueillir le Christ? Déjà en 3,22 c'est à se demander si ἡμῶν au lieu de ὑμῶν n'est pas le fait d'une erreur de copiste comme en 3,13 où le pronom nous précède le verbe à la seconde personne du pluriel. Il semble qu'il y ait eu un flottement quand à l'orthographe du pronom.

4:24 Adonai, toi le Dieu qui as fait le ciel et la terre,

Le grec Δέσποτα, recouvre l'Hébreu Adonaï, un titre divin invoqué par les prêtres quand la prononciation du tétragramme fut réservée au seul grand-prêtre. Il se pourrait donc que la prière communautaire ait été présentée à Dieu par un prêtre présent dans l'assemblée (ou même un lévite auquel revenait la psalmodie). Ils n'eurent qu'un seul coeur lorsque celui-ci s'adressa de la part de tous et de chacun, à Dieu (selon D). L'invocation au Dieu créateur du ciel et de la terre, plus large que celle de Pierre au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob (cf chapitre précédent), trouvait un écho dans l'expression “Père des luminaires” de l'épître de Jacques 1:17.

4:27 Car ils se sont rassemblés en réalité dans cette ville contre ton saint serviteur Jésus, celui que tu as oint Hérode et aussi Ponce Pilate.
Un parallèle était fait avec le Psaume 1-2 cité au v 25 entre les nations coalisées contre Israël et les nations alliées aux peuples d'Israël (une entité disloquée en factions) contre Dieu et son Messie. Était reconnue et admise la participation d'Hérode Antipas à la mort de Jésus, qui parce qu'elle n'a pas été évoquée par Marc, Matthieu et Jean est considérée par la critique littéraire comme d'écriture lucanienne et "apocryphe“.  Or Luc manifestait de manière particulière l'alliance conclue entre Hérode et Pilate sur le dos de Jésus. Cette prière rejoint très précisément Lc 23:12 .

28 "pour faire tout ce que ta main et ton dessein avait par avance déterminé d'arriver".
Cette parole de l'assemblée renchérissait sur celle que Pierre avait prononcée lors de la Pentecôte: "Lui par le dessein déterminé et la préscience de Dieu livré, en [le] prenant par la main des sans loi, en le fixant vous l'avez supprimé (Ac 2,23)"; la Passion était envisagée comme le dessein même de Dieu...
Or le verbe προ-ώρισεν a un antécédent dans une parole même de Jésus:"Selon ce qu'il s'est fixé, le fils de l'homme s'avance" (cf Lc 22,22). Jésus exprimait sa décision d'aller jusqu'au bout de ses choix, mais il ajoutait: "Oi ! à celui par qui le fils de l'homme est livré“. Donnant un dernier avertissement, il dénonçait la traîtrise ne la considérant pas comme de volonté divine.
Les Apôtres faisaient sur la Passion une lecture à contrario des paroles de Jésus; elle n'a pas été démentie par la tradition et s'est répercutée jusqu'à nous...
 
4,32 il n'y avait pas même une dissension entre eux
Un accent particulier sur l'unité de coeur et d'âme de cette première communauté si heurtée par la trahison de Judas que le premier tort fut réprimé de manière impitoyable (mort d'Ananias et Saphira).

4:34 le montant des vendants (litt.)
La formulation de D05 est impropre. Elle a été retouchée avec un passif; le montant des vendus, où l'article considéré comme un neutre pluriel est sensé représenter les choses, ou les biens vendus.
 
4, 36 "Or Joseph qui avait été surnommé Barnabas par les Apôtres, ce qui se traduit fils de consolation,  Chypriote, lévite de naissance".
Sur le personnage et son nom
Déjà au chapitre 1 il était mentionné :
1:23 D05: Joseph qu'on appelle Barnabas, qui avait été surnommé Justus ;
Joseph surnommé Barnabas est expriméau présent: il était habituelleemnt appelé ainsi; l'auteur rappelait qu'il était connu auparavant sosu celui de Justus. Cet épisode du chapitre 1 serait à placer plutôt à l'issue de ce chapitre 4, d'autant que le don de son domaine par Barnabé s'explique bien mieux avant le remplacement de Judas qu'après.