Accès aux pages du manuscrit
      code : "any"




La Porte de Nikanor








Actes Des Apôtres,

Annotations,   chapitre III


Bibliographie:
Josep RIUS-CAMPS :Las variantes de la recension occidental de los hechos de los apostoles (Hch 3,1-26): Filología Neotestamentaria 9 (1996) 61-76

 
 
3,1 En ces jours là
De nouveau l'expression avec ταύταις comme au chapitre 1. Elle revient en 6,1
- l'après-midi, à l'heure la neuvième , de la prière.
Un correcteur a du rajouter un article et des lettres finales au texte originel de D.
La refonte dans le texte alexandrin par "l'heure de la prière, la neuvième” offre une expression plus classique et meilleure; cependant la disparition de "l'après-midi” en a appauvri la signification.
En effet l'après-midi évoque la présence divine au jardin d'Eden et la neuvième heure celle de la mort du Christ avec la promesse du paradis faite au larron crucifié . Les Apôtres avaient donc choisi de se retrouver quotidiennement au temple pour commémorer cette heure là.
 
 
2 la porte du temple appelée la Belle
Une porte extérieure et non la porte interne du sanctuaire (telle la porte de Nikanor). Aucune autre source ne donne ce nom permettant de la localiser précisément . Les portes du temple avaient de très nombreuses appellations cf Keys to the Gate Beautiful par R Strelan.
 
11 - Pierre et Jean s'éloignant
La forme moyenne ἐκπορευομένου, ne signifie pas unilatéralement sortir, mais aussi s'éloigner, quitter (Lc 24:13D; Ac 25:4). Pierre et Jean ne sortaient pas du temple, mais ils s'éloignaient de l'infirme guéri, vraisemblablement pour entrer dans le sanctuaire lui-même; mais l'homme s'imposant à eux et les retenant , ils s'avisèrent d'haranguer la foule présente sous le portique de Salomon.
14 - Vous avez renié
 
Pierre qui avait lui-même renié Jésus dénonçait le reniement du Saint et du Juste par les Israélites. Pierre chargeait-il la foule pour se décharger lui-même?
 
 
3,13 Pilate, qui l'ayant jugé, voulait le libérer
[Pilate qui avait décidé de le libérer]
Pierre croyait à la bonne volonté de Pilate qui lors du procès avait affirmé son souhait de libérer Jésus; aussi il lui infligea la flagellation (soixante coups selon le linceul de Turin); sa constitution permit à Jésus d'en réchapper. L'insistance du peuple demandant en échange la libération du meurtrier Barabbas contraignit Pilate à émettre - contrairement au droit romain qui n'administrait pas deux châtiments successifs - un second jugement de condamnation, et cette fois à mort par crucifixion. En considérant κρίναντος sous l'angle de la décision et non du jugement et en faisant disparaître le verbe vouloir, les copistes ont harmonisé le texte sur les dires de Marc et Matthieu qui ont reduit à une unique sentence le jugement rendu par Pilate.
3,16 son Nom
Les premiers éléments de la foi dans le nom du Messie comme le développe le chapitre IV 10-12 (sans que soit directement en cause le Nom divin).

3:17 nous considérons que c'est par méconnaissance que vous avez fait le mal    [Je sais que vous avez agi par ignorance]

Pierre n'énonçait pas une circonstance atténuante ni une excuse, mais il établissait la cause de la faute. Selon Lv 5,17-19, l'ignorance est retenue au même titre que l'inattention, comme cause du péché donnant lieu à réparation par un sacrifice. L'insistance sur le mal commis serait selon J Epp la marque d'une position anti-juive. Mais bien au contraire le discours de Pierre s'enracine dans la pensée biblique jusqu'à 'offrir un moyen de réparation. Cf  Rius-Camps/Read-Heimerdinger ,The message of Acts..." vol I p232-3. Par le repentir, les péchés seront éloignés du peuple et le Christ  pourra être envoyé pour la restauration de toutes choses. La refonte de la phrase dans le texte alexandrin manifeste qu'on considère l'ignorance comme une circonstance atténuante et ce "malentendu" a produit le verset de Luc 23:34, justement absent de D05 et poussé à supprimer le verset Luc 6:5 unique à D05.

ἐπιστάμεθα= nous savons, nous estimons que: Pierre ne parlait pas uniquement en son nom propre, mais aussi au nom de Jean, ou encore au nom des Douze et même au nom de Jésus. Le choix du verbe rappel le titre ἐπιστάτα donné au Christ détenteur de la connaissance profonde des mystères du royaume.

3,18 Dieu ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche des prophètes...l'a accompli
Jésus avait dit que selon les écritures le Messie souffrirait (Lc24:26) . Pierre en reportait l'intention comme la réalisation sur Dieului-même.

3:19 Faites retour sur vous, pour que soient effacés vos péchés
effacés:litt. laissés loin de. Le pardon des péchés moyennant le repentir est de spiritualité biblique (Is 43:25); Jésus ne parlait pas directement du repentir mais de l'attitude de confiance qui en découle, la foi (Lc 5:20,  7:50) . Pierre la mettait en relation avec la guérison physique (v16) . Il y a continuité entre les enseignements et signes de Jésus, les paroles et signes de Pierre. Ce discours est antérieur à la théologie de l'épître aux Hébreux, reprise et développée par Paul, sur 
la rédemption obtenue par la mort du Christ.

3:21 jusqu'au temps de la restauration de tout
La restauration : un hapax legomenon, alors que le verbe correspondant se rencontre dans la LXX pour un retour à une situation antérieure (Gn 29:3) et principalement le recouvrement de la santé. La parole de Pierre n'était pas une allusion à une parole prophétique précise, mais la guérison du paralytique l'avait suscitée.

ce qu'a dit Dieu par la bouche de ses saints, les prophètes.
La tournure pouvait englober , avec les auteurs des livres prophétiques Moïse évoqué au verset suivant. etque Jésus avait désigné avec Elie comme "les siens", ses "saints envoyés" (Lc 9:26-28D).

3,22 "Dieu fera se lever un prophète"

Moïse avait annoncé que Dieu ferait se lever, susciterait après lui un autre prophète . Dans cette annonce, Pierre entrevoyait non seulement la venue, mais la résurrection de Jésus. Sa lecture, comme en 2,30 reposait sur le verbe hébreu lakoum et son corollaire grec, se lever, que Jésus avait employé dans ses annonces de la Résurrection. La traduction par "susciter", ne permet pas d'établir un lien direct avec la résurrection de Jésus,comme l'entendait Pierre. Cette Résurrection n'avait pas été annoncée seulement par le prophète Nathan; avant lui Moïse avait prophétisé la venue du Christ et sa Résurrection


3,24 Ceux qui ont annoncé "ces jours là".
Là encore ταύτας alors que serait attendu ἐκείνας qui correspond dans les livrres prophétiques aux jours messianiques. La différence entre les deux adjectifs est bien marquée dans l'évangile à la différence des Actes.